Le GRELPP fait partie du CRIIA (Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-Américaines) – Équipe d'accueil 369

mardi 5 juillet 2016

Appel à communications / colloque

COLLOQUE INTERNATIONAL

LES NOUVELLES ÉCRITURES DU XXIe SIÈCLE MEXICAIN : LA QUESTION DES GENRES LITTÉRAIRES


9-10 mars 2017


Université Paris Ouest Nanterre La Défense

EA 369 ÉTUDES ROMANES

Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-Américaines (CRIIA)

Groupe de Recherche en Littérature, Psychanalyse et Philosophie (GRELPP)

Normandie Université, Université de Rouen

EA 4705 Équipe de Recherche Interdisciplinaire sur les Aires Culturelles (ERIAC)

Université de Perpignan Via Domitia

EA 7397 Centre de Recherche sur les Sociétés et Environnements en Méditerranée (CRESEM)

(Université Toulouse Jean Jaurès)

(Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur les Amériques à Toulouse) (IPEAT)

(sous réserve)


Ce colloque international portera sur la littérature mexicaine ultracontemporaine qu’il abordera dans son processus d’évolution grâce à l’étude d’œuvres publiées sur la période 2000-2016. Il soulignera la diversité, la richesse et la complexité du champ littéraire mexicain de ces quinze premières années du XXIe siècle, qui s’inscrit dans une période de transition et de changement.
Le panorama littéraire mexicain, en ce début de nouveau siècle, se caractérise par la coexistence d’écrivains nés à partir des années 70 et d’écrivains appartenant à des générations antérieures, qui continuent, par leur production, à faire partie intégrante de l’univers des lettres mexicaines contemporaines. Les écrivains du début du XXIe siècle, irréductibles à une génération homogène ou à un mouvement constitué, forment un ensemble de voix individuelles, ce qui contribue au caractère protéiforme de la littérature mexicaine.
Le colloque se livrera à une exploration des genres littéraires (roman, nouvelle, micro-récit, chronique, littérature de témoignage, auto-fiction, non-fiction, poésie, théâtre…) de façon à les interroger dans leur variété et leur hétérogénéité, mais aussi dans leurs convergences et leur mélange potentiel. Il montrera que la pluralité des genres atteste de la vitalité et de la créativité des différentes générations littéraires au Mexique depuis le début des années 2000, de la diversification des thèmes, des stratégies d’écriture et des voix, notamment avec l’essor des écritures à la première personne.
L’accent sera mis sur le renouveau de la littérature mexicaine ultracontemporaine, tant dans le domaine de la prose que de la poésie et du théâtre. Nous nous demanderons si les nouvelles écritures du XXIe siècle mexicain perpétuent la « tradition de la rupture » dont parle Octavio Paz dans Los hijos del limo (1974) pour désigner le pouvoir de renouvellement esthétique de la modernité, constamment en quête de nouveaux moyens d’expression, avide d’expérimentation linguistique, narrative et poétique. Il s’agira non seulement de réfléchir à l’héritage que les écrivains actuels reçoivent de la littérature du XXe siècle, mais aussi d’étudier comment les nouvelles écritures dépassent les modalités littéraires en vigueur au Mexique à la fin du XXe siècle (par exemple la littérature du crack, la narco-littérature…).
Les communications privilégieront l’étude des relations transgénériques en s’interrogeant sur l’espace textuel né des mélanges littéraires, ce qui permettra d’analyser la façon dont la littérature mexicaine ultracontemporaine transgresse les frontières entre le roman, la nouvelle, l’essai, la chronique et la poésie pour déboucher sur une hybridation des genres qui les redéfinit en profondeur.
Nous examinerons également comment ces innovations génériques, propices à l’émergence de nouvelles formes littéraires, favorisent la recherche sur le langage et l’exploration de ses limites : récits éclatés, fragmentaires, en forme de puzzle, nouvelles écritures poétiques, recours aux jeux de mots, à l’argot, choc de l’espagnol et de l’anglais, création d’un langage transfrontalier… Le mélange des genres privilégie-t-il le métissage culturel ? Quel est l’apport des héritages hispanique, indigène, africain, nord-américain à ces expériences linguistiques novatrices ? Quelle est la part des cultures populaires, autochtones, minoritaires, dans le renouvellement du traitement des genres littéraires ? La même question se pose en ce qui concerne la culture cosmopolite.
Le colloque s’interrogera sur les finalités de ces nouvelles modalités d’écriture plurielles, fortement inscrites dans le monde contemporain : quel(s) genre(s) ou mélange des genres pour représenter, critiquer, dénoncer, inventer quelle(s) réalité(s) ? Peut-on parler de l’apparition de nouveaux réalismes ayant pour objectif de questionner la réalité mexicaine contemporaine dans sa complexité sociale, politique et culturelle, de dynamiter les clichés nationaux ? Y a-t-il création d’une esthétique du chaos pour représenter un Mexique chaotique ? Quelle signification donner à l’essor de la chronique et de la littérature de témoignage ? Quel est d’autre part l’engagement/l’originalité de la fiction dans cette représentation ?
Le nouveau siècle, théâtre d’un essor de la violence politique et idéologique au Mexique et ailleurs, ne peut rester étranger aux images générées par et dans la littérature. Mais on cherchera aussi dans quelle mesure l’intimisme des mondes individuels s’offre en écho ou en contraste face aux écritures du monde extérieur.

Proposition d’axes :
L’exploration des genres littéraires : vers une transgénéricité ?
Transgression des genres établis.
Hybridation des genres : entre prose et poésie, roman, nouvelle et chronique, langage oral et écrit.
Défis esthétiques : rénovation des genres littéraires en quête de formes nouvelles
Influence de la postmodernité. Transtextualité. Jeux intertextuels. Métafiction.
Le renouveau du roman noir : du roman policier au néo-polar mexicain.
Evolution de la narco-littérature. Élargissement thématique vers l’exploration des violences intimes.
Expérimentations linguistiques et stylistiques aux frontières du langage littéraire (prose et poésie).
Renouveau de la tradition théâtrale. Expériences dramaturgiques du jeune théâtre mexicain.
De nouvelles écritures pour de nouvelles formes d’engagement : parodie, humour (noir, corrosif) et ironie au service de la critique des dysfonctionnements politiques, de la violence et de la corruption.
Ecritures transfrontalières. Métissages culturels. Influence de la littérature états-unienne.
Aux frontières du réel et de la fiction
Interpénétration réalité-fiction. Tension entre les faits réels et leur interprétation par la fiction.
Réécritures de l’Histoire : le nouveau roman historique du XXIe siècle.
Entre chronique journalistique et littérature de témoignage, essai et fiction.
Réel et imaginaire. Croisement du réel et du fantastique. Invention, création et fantaisie contre le pouvoir et l’ordre établi.
Représentation imaginaire d’une réalité urbaine fragmentée.

Bibliographie indicative :
Courrier international, Notre Mexique, n° 958, 12-18 mars 2009, p. 21-35.
Cuéllar, Margarita, “Panorama de la literatura mexicana II. Poetas en el nuevo siglo (2000-2015)”, 4 de julio de 2015, http://www.razon.com.mx/spip.php?article267541
De la Garza, Alejandro, “Panorama de la literatura mexicana I. Los nuevos narradores (2000-2015)”, 27 de junio de 2015, http://www.razon.com.mx/spip.php?article266647
Domínguez Michael, Christopher, Diccionario crítico de la literatura mexicana (1955-2011), México, Fondo de Cultura Económica, 2012.
Generación del 2000, Literatura mexicana hacia el tercer milenio (poesía, narrativa, ensayo), prólogo de José Agustín, selección y notas de Agustín Cadena y Gustavo Jiménez Aguirre, México, Fondo Editorial Tierra Adentro, 2000.
Nada es lo que parece. Estudios sobre la novela mexicana, 2000-2009, Miguel G. Rodríguez Lozano (ed.), México, UNAM, 2009.
Prados, Luis, “Más allá de la narcoliteratura”, http://cultura.elpais.com/cultura/2012/03/29/actualidad/1333031481_509952.html
Tendencias de la literatura mexicana actual, José Carlos González Boixo (ed.), Madrid-Francfurt am Main, Iberoamericana-Vervuet, 2009.
Una selva tan infinita. La novela corta en México (1891-2014), t. III, Gustavo Jiménez Aguirre (ed.), México, UNAM, serie El estudio, 2014.

Les langues de communication lors du colloque seront le français et l’espagnol. Les communicants disposeront de 20 minutes et un temps de discussion sera proposé à l’issue de chaque session.

Il sera demandé des frais d’inscription pour permettre la prise en charge des deux déjeuners, du cocktail de la première journée et du banquet de clôture (enseignants-chercheurs : 60 € ; doctorants : 20 €).
Le transport et les nuitées restent à la charge des participants.

Comité d’organisation :

Marie José Hanaï, Université de Rouen, ERIAC
Caroline Lepage, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, CRIIA/GRELPP
Béatrice Ménard, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, CRIIA/GRELPP
(Marie-Agnès Palaisi-Robert, Université Jean Jaurès Toulouse, IPEAT) (sous réserve)
Fabrice Parisot, Université de Perpignan, CRESEM

Lieu :

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 200, Avenue de la République, 92000 Nanterre (RER A, Nanterre Université)
Bâtiment B, Salle des conférences